La famille Fauteuil : des noms et des styles pour tous les goûts !

by / mercredi, 03 mai 2017 / Published in Décoration

Assis confortablement, le dos vautré sur le coussin, on a ce plaisir malin de retrouver notre fauteuil douillet pour se relaxer, regarder la télé ou pour bouquiner le temps d’une pause. Partie intégrante de notre vie au quotidien, le fauteuil est plus qu’un meuble. C’est un accessoire indispensable dans le mode de vie contemporain, mais pas seulement. En effet, la famille des fauteuils s’est construite au fil des générations, allant de ceux des arrières-parents aux modèles avant-gardistes d’aujourd’hui. Fauteuil voltaire, fauteuil crapaud et ou fauteuil cabriolet, ces étranges noms rappellent que les aïeuls aimaient aussi se prélasser. Avec ce billet vous retracerez la lignée des fauteuils ayant servi aux brèves fainéantises de chaque époque !

Le Fauteuil Voltaire : apparition dans les années 1820

Dossier légèrement incliné vers l’arrière, siège et accoudoirs rembourrés, ce sont les caractéristiques typiques d’un fauteuil Voltaire. Des manuscrits datant des années 1800, retraçaient la ville de Voltaire, ce qui explique pourquoi ce fauteuil empruntait ce patronyme. Mais à cette époque, sous le règle de Louis-Philippe, le fauteuil Voltaire est surtout connu sous le nom de fauteuil médaillon, dont le dossier est particulièrement en hauteur. Les fauteuils Voltaire se déclinaient en vert foncé ou en rouge bordeaux foncé, des couleurs qui les distinguent en premier des autres générations de fauteuil. Saviez-vous que le fauteuil relax avec un pose-pied avait pour ancêtre un modèle de fauteuil Voltaire. Il s’agissait en effet du fauteuil Voltaire à crémaillère qui présentait cet aspect grâce à l’inclinaison de son dossier.

Le fauteuil crapaud : un autre modèle de fauteuil au temps de Louis-Philippe

Le fauteuil crapaud est également apparu dans le courant du XIXème siècle. Rien de son apparence ne pouvait exprimer clairement l’origine de ce nom si particulier. Son accoudoir est rétréci, son dossier plus droit et le rembourrage est optimisé pour donner une forme ronde. Une passementerie traverse le dos et le siège du fauteuil pour donner un contraste avec la couleur de la couverture en velours. Le fauteuil crapaud se démarque surtout par ses gondoles qui dissimulent les pieds du fauteuil. Le fauteuil crapaud survécut encore à l’époque du Second Empire.

Le fauteuil inclinable et la chaise à bascule

Edward Knabusch et Edwin Shoemake sont les auteurs-concepteurs du fauteuil inclinable, c’était en 1928. Ce fauteuil inclinable conférait un confort optimal comparé à d’autres fauteuils de la même génération. L’inclinaison du dossier a été mûrement étudiée, il est composé d’un système à bascule qui fonctionnait en fonction des appuis. Lorsque l’occupant s’étirait en arrière, ses pieds balançaient et revenaient à la position initiale. Avec ce procédé, ce modèle connaissait un franc succès, avec son siège pouvait procurer une sensation de légèreté, une impression de voler. Pourtant, le fauteuil à bascule dite aussi rocking hair ou berceuse, permettait également à l’occupant de se balancer d’avant en arrière, sauf que ce modèle était moins célèbre, car il n’était pas reproduire à une échelle industrielle. Quoi qu’il en soit, les deux prototypes procuraient une véritable relaxation avec leur système à bascule.

Le fauteuil cabriolet et le fauteuil à la reine

Un siège dodu, évasé, un dossier dégagé et des accoudoirs à la bonne hauteur, ce sont les points qui qualifient le mieux un fauteuil cabriolet. L’on doit ce nom particulier a la forme du dossier qui épouse parfaitement la silhouette du corps. Parmi divers modèles de siège d’époque, l’on peut reconnaitre facilement un fauteuil cabriolet par la distance de ces deux pieds particulièrement très écartées. Il existe un modèle presque similaire, à une différence près, le dossier est plat et rigide. Il s’agit du fauteuil à la reine.

Le fauteuil médaillon : l’indémodable

C’est grâce à son élégance et son allure chic que ce fauteuil emblématique a survécu au temps. Taillé avec minutie pour faire paraitre des lignes fuselées et un dossier en une forme parfaite de médaillon, ce fauteuil du temps de Louis XVI mérite largement le nom d’un bijou. Aujourd’hui, le fauteuil médaillon est très à la mode. Ce siège tendance et reproduire dans ses essences d’origine, à savoir l’acajou, le sapin, le noyer ou le hêtre.

Le fauteuil club marque la révolution

Avec un rembourrage garni de crin végétal, de mousse synthétique et de ressorts, le fauteuil club se rapprochait de l’excellence en matière de confort. Le revêtement du fauteuil s’est aussi métamorphosé, place à l’emploi de matières comme la basane, de simili ou encore de bycast. Les formes sont plus arrondies et le dossier est plus incliné en arrière.

Laisser un commentaire

TOP